Ivry ma ville on the sky

Ivry ma ville on the sky

Vous pouvez faire défiler grâce aux touches et

Ivry du Prévert dans l’air

24 février 2011 , ,

“A Ivry, la tête ailleurs, c’est à cause des fumées d’Ivry-Port qui crachent avec panache de l’usine à fabriquer des nuages”

Vous ici, moi aussi d’ailleurs, à Ivry
D’ici on voit la mairie
Aujourd’hui c’est mariage chaâbi
Quelle est belle et jolie sur le parvis
Les musiciens en habits lui chante habibi
Par ici les taggeurs qui de la ville haussent, hissent les couleurs
Oyez, oyez du parc les tam-tam, la clameur des enfants, des promeneurs
A bon entendeur: salut, viens donc t’étendre, dans le vert tendre et levons nos vers à la Prévert !
Nous voilà bien partis, la tête ailleurs
C’est à cause des fumées d’Ivry Port qui crachent avec panache
De l’usine à fabriquer des nuages comme dirait l’autre?
Une belle image ! Un peu sage
Si ce n’est pas du Prévert ça m’en a tout l’air
Ceux qui connaissent la chanson me disent de baisser d’un ton
Mais on ne manque pas d’air ici, qui dira le contraire ?
Les pompes l’air qui crachent dans la soupe trop populaire? A Ivry, faut s’y faire, ça sent le bouillon culinaire, la culture bouillonne, magie légendaire !
Ici tout pour plaire, y’ a de quoi faire un super invent’air de poésie à se passer les mots sur toutes les lèvres, ces charbons ardents où roulent nos accents doux comme des piments
Y’a de quoi faire des histoires pour changer d’ère…
Nous voilà bien partis, pas encore en fumées
On n’est pas couché, ni crashé
Alors que roulent les mots à toute vapeur, des mots locos, locos dans la locomotive
Ce soir au cocktail Molotov, ce leitmotiv dans la locomotive: on ne manque pas d’air ici!
Levons nos vers
Après vous
A Prévert !

Dixit Anne-Marie Pédezert

http://amp2r.wordpress.com/

Ivry Sur Scène de voisinage de Jean Guidoni le 15 janvier 2011 à la Guinguette du Monde

NOVEMBRE 2011, LE PREVERT NOUVEAU EST ARRIVE

Scène ouverte à Prévert

« Lettre à Janine », missive inédite de Jacques Prévert, soldat, à sa femme.

« Confession publique », poème surréaliste écrit en août 1940 dans la débâcle.

Critique de la société qui oppose travailleurs et bourgeois « Il ne faut pas rire avec ces gens-là »

Publicités

Qu'en pensez-vous ?

Nous apprécions les commentaires corrects et pertinents.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

commentaires

1 notes

  1. vernissage en poésie « Am P2R a reblogué ceci, et ajouté:

    […] ailleurs… […]

%d blogueurs aiment cette page :